skip to Main Content
J.Secall per Carles Gomez
Jordi Secall i Pons

En tant que photographe, ce qui m’intéresse, ce sont les thématiques qui nous affectent comme société. J’ai photographié Barcelone pendant la spéculation urbaine du début des années 2000 quand les squatters, principaux critiques du “système”, étaient diabolisés par la presse officielle. Je l’ai photographiée en 35 mm et en noir et blanc. Puis je suis passé à la vidéo et enfin, maintenant, avec la révolte catalane, à la couleur et au numérique.

Cette lutte pour l’indépendance est un rêve que je n’aurais pas pu prévoir il y a quelques mois. J’ai essayé, en respectant certaines limites, de photographier les moments les plus important, de la « révolution des sourires » de Muriel Casals et aussi ceux qui m’ont le plus inspiré. C’est une révolution éminemment pacifique qui fédère, comme toutes les révoltes, tous types de personnages et de classes sociales.  J’ai laissé de côté le spectaculaire pour privilégier une représentation plus humoristique et un angle plus fidèle à l’esprit de ces « sourires ». Même s’il s’agit de ma propre révolution, je la regarde non sans surprise, en particulier cette discipline catalane, cette radicalité pacifique et stricte à la fois, qui défend la démocratie bien au-delà des drapeaux. En ce moment la confrontation avec l’Espagne est bloquée. Nous nous nous sommes peut-être trop vite réveillés. Malheureusement, les prisonniers et les exilés politiques sont un lest de réalité trop lourd et notre lutte s’y épuise. De ce fait la lutte pour la république Catalane est reléguée au second plan. Continuera-t-elle ?

Barcelone, 20 septembre, 2017. « Ils nous veulent muets et en cage ! » - Pendant que la Guardi Civil réquisitionne du matériel et détient des travailleurs de la Generalitat, la police Nationale encercle le siège de la CUP dans le but de provoquer des incidents dans les rues.
Barcelone, le 3 octobre 2017. « La grève générale la plus pacifique » - Le corps des pompiers de la Generalitat , celui des pompiers volontaires , et celui des pompiers de Barcelone, ont été très présents tout au long du processus d’indépendance pour calmer les ardeurs des manifestants les plus agités .
Barcelone le 21 octobre 2017. “Assez ! On ne reculera pas d’un pouce” - Grande manifestation pour la liberté des deux Jordis. Les gens réclament aussi la république et en appellent encore à l’Europe avec confiance
Barcelone, le 23 mars 2018, «Revendiquer pour ceux qui ne sont pas là, aussi » - Protestations devant la Délégation du Gouvernement Espagnol contre l’emprisonnement de Dolors Bassa, Raul Romeva, Jordi Turull, Josep Rull et Carme Forcadell, et contre l’exil de Marta Rovira.