skip to Main Content
Enrique Campaner

Né à Barcelone en 1973, autodidacte jusqu’à ses études à l’Ecole Internationale de photographie GRISART de Barcelone, après quelques voyages passés à photographier l’Afrique, l’Inde et le Népal il commence à se former au photojournalisme. Installé à Baixas (Catalogne-nord) depuis deux ans, il travaille à différents projets sur la Retirada et les camps de concentration en France. Du 1er octobre à aujourd’hui, il a suivi tous les événements importants qui se sont déroulés à Barcelone.

Il présente une série de photos réalisées au cours de quatre journées importantes à Barcelone, du 1er octobre 2017 au 14 juillet 2018. Pendant toute cette période, les médias ont montré beaucoup de photos violentes sur le processus, en particulier sur le 1er octobre. Ces journées ont été pour tout un chacun des jours de grande incertitude.

Toutes ces photos ont été prises sans intention préméditée, elles ont pris forme au cours de cette dernière année. Le 1er octobre je suis allé à Barcelone pour voir ce qu‘il se passait et j’ai choisi d’aller à l’Institut Miquel Tarradell. En ce jour de pluie, avec une énorme participation des électeurs, on a pu voter sans problème car la Police n’est pas intervenue dans cet établissement. Avec la déclaration d’indépendance, les jours suivants, le 10 et le 17 octobre, ont été assez intenses et ont démontré beaucoup de sagesse de la part de l’indépendantisme, car j’ai été le témoin de tous ces mouvements et manifestations.

Ma sensation la plus forte, ce fut l’énergie des gens et je crois que c’est ce qui donnera du sens à ces photos “aucune violence” de la part de l’indépendantisme, une référence pour tous ceux qui veulent défendre une culture. Le 27 octobre, le pendant a été une manifestation pour “l’unité de l’Espagne” dans tout Barcelone, émaillée d’incidents violents.

Neuf mois ont passé depuis le 1er octobre et la sagesse catalane suit toujours le même chemin pour obtenir justice et reste une référence pour d’autres pays ; “pour que les petites cultures ne disparaissent pas”.

Le 14 juillet 2018 a eu lieu une manifestation pour la libération des prisonniers politiques et des exilés; plus de 300000 personnes sont allées de la place d’Espagne à la prison “Model” en présence de politiques et des familles des prisonniers et exilés. Les CDR (comités pour la défense de la République) ont occupé la prison “model” en gage de manifeste pacifique contre la justice espagnole.

27 octobre 2017. Rassemblement d’unionistes place d’Espagne. Ce jour-là les Mossos (Police catalane) ont détenu un homme suspecté de diverses agressions violentes dans la journée à Barcelone.
14 juillet 2018. La manifestation a commencé au Carrefour de la rue de Tarragone et de celle de la Diputació avec des affiches et des photos des prisonniers politiques
14 juillet 2018. Quim Torra salue les manifestants avant le début de la marche
14 juillet 2018. Les manifestants commencent à affluer devant la prison “Model” de Barcelone. Ce jour-là plus de 300000 personnes ont manifesté à Barcelone